L’alimentation face au défi de la rénovation professionnelle en Afrique

" "

“Vulgarisateur en conversation avec un agriculteur”

Les profils professionnels sont-ils en adéquation avec les besoins actuelles de l’Afrique ? Innover ou rénover la formation agricole en Afrique ? Quels défis pour la sécurité alimentaire en Afrique ?

L’un des défis de l’agriculture en Afrique est de définir une stratégie qui puisse permettre à la population d’avoir accès à une alimentation saine, équilibrée et durable. Pour parvenir à ces objectifs les parties prenantes de plusieurs pays africains réunis ce 15 juillet 2013 à Accra- Ghana, pensent qu’il faut Rénover la formation agricole en Afrique. Mais ont-ils raison ???

Oui !!!! D’abord on constate que la plupart des programmes d’enseignement agricole en Afrique sont basés sur l’héritage colonial. Très peu on entretenu des réformes. Ensuite, vu le contexte actuel marqué par une forte démographie, des aléas climatiques et surtout des stratégies de Développement des pays, un nouveau profil professionnel est impératif.

La baisse des performances des producteurs est en partie due à un encadrement inadéquat due au décalage observé entre les compétences des agents et les besoins réel des producteurs. C’est pour cela qu’en Zambie par exemple, les facultés d’agriculture se sont lancées dans des réformes pour proposer un profil mieux ciblé et orienté vers les besoins du marché.

La révision des programmes d’enseignement est biannuelle et est plus orienté sur le développement que la science. C’est le Cas au Kenya où de façon périodique, le SENAT défini en collaboration avec les universités et les autres parties prenantes, les stratégies de révision des programmes d’enseignement.

Au Cameroun, depuis 2008, le Ministère de l’Agriculture et du développement rural en collaboration avec les autres partenaires au Développement (Agence Française de développement), a mis sur pied un programme d’appui à la rénovation de la formation agricole professionnelle (AFOP). Dans sa deuxième phase, le Programme AFOP révise les modules d’enseignement dans les écoles d’agriculture.

Cette année 2013, plus de 300 jeunes obtiendront le tout premier Brevet des Techniciens Supérieur option Entreprenariat Rural (BTS-ER). En plus AFOP en collaboration avec l’Université de Dschang a lancé cette année un Master Professionnel en Ingénierie Agricole. Tout ceci pour être en phase avec les besoins réels des producteurs.

Mais !!!! Pour que cette rénovation contribue à la sécurité alimentaire en Afrique, il faut assez de moyens pour mettre en œuvre les priorités de la recherche et de la formation. Ceci émane donc d’une volonté politique qui doit définir ses programmes de développement (Plan stratégique de développement du Kenya en 2030, la Vision 2035 du Cameroun, l’agenda de développement du Nigéria…) et les intégrés dans la formation surtout pour ce qui est de l’agriculture.

Blogpost par Nestor Ngouambe

Photo: P. Kimeli (CCAFS)

Categories: AASW6, Uncategorized | Leave a comment

About ngouambe

Je suis un acteur de développement rural, spécialisé dans le domaine du conseil et la vulgarisation agricole. l'application des TICs, et média sociaux dans mon domaine est ma préoccupation majeure. je suis aussi intéressé par des thématiques qui touchent le genre, les jeunes, la sécurité alimentaire, les changement climatique et la microfinance rurale. Je suis journaliste citoyen pour le développement de l'agriculture.

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s