Le secteur privé: le futur du système alimentaire africain

Vendeur de poisson à Lusaka, Zambia

Vendeur de poisson à Lusaka, Zambia

L’Afrique traverse une période de transition en passant d’un stade rural vers une africaine urbaine et moderne. En effet, il y a environ 5 décennies la population africaine était essentiellement rurale avec environ 85% de personnes vivant en milieu rural. Vers 2030, le ratio population rurale/population urbaine sera équilibré, et le gap sera donné dans décennies suivantes à une population africaine de plus en plus urbaine (Figure 1). Ces statistiques interpellent dans un futur proche le secteur privé.

Projected urban and rural population growth rates in Africa, from 1950 to 2050.

Fig. 1 Croissance estimée de la population rurale vs population urbaine de 1950 à 2050.

En effet dans le passé, le système alimentaire reposait essentiellement sur les exploitations agricoles rurales et les états qui assuraient l’essentiel des services d’appui technique, de conseil et de financement de l’agriculture. Les besoins alimentaires de la population étaient moins exigeants et essentiellement basés sur les aliments de base. Le secteur privé était ainsi presque inexistant dans le système l’alimentaire africain.

Aujourd’hui, l’Afrique, elle-même, connaît d’importantes transformations structurelles et économiques, qui par ailleurs induisent des changements importants dans son système alimentaire. D’ici quelques décennies l’Afrique serai majoritairement urbaine à travers sa population.

Mais pour nourrir cette population de plus en plus en urbaine, nous n’avons pas seulement besoins des aliments bruts provenant directement des fermes ou des milieux ruraux. Nous devons également et surtout transformer les cultures locales et leur donner de la valeur ajoutée à travers leur gout, leur forme, et leur composition. Un investissement important dans l’agri business et dans les industries alimentaires sera nécessaire.

Le secteur privé devra donc se rendre plus dynamique, diversifié et compétitif pour accompagner l’Afrique dans cette transformation, et jouer le rôle que leurs homologues jouent actuellement dans le système alimentaire occidental. En réalité, si  les changements dans le système alimentaire africain durant les 40 dernières années ont été conduits par le secteur public, ceux des 40 prochaines années résulteront de la dynamique et de la compétitivité du secteur privé (Minde et al. 2012) (voir Figure 2).

""

Fig. 2 Evolution des responsabilites des acteurs du systeme alimentaire en Afrique (Minde et al. 2012)

Mais est-ce que les décideurs politiques et tous les autres acteurs du système alimentaire africain sont conscients de cette évidence ?

Si oui. Ont-ils engages les reformes et les actions nécessaires pour le secteur privé plus compétitif et en mesure de conduire cette transformation du système alimentaire africain.

Si Non. Nous dirons qu’il n’est pas encore trop tard, mais ils (décideurs politiques) devront agir rapidement et de façon urgente pour rattraper leur ignorance en vue de ne pas être surpris.

Blog ecrit par Rivaldo Kpadonou, reporter social du AASW6.

Photo: S. Mann (Worldfish)

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s