La technologie: l’avenir de l’agriculture Africaine

Nouvelles varités de niébe
Nouvelles varités de niébe

Le développement de la technologie, l’adaptation, l’acquisition et l’application de certaines pratiques sont parmi tant d’autres, des facteurs qui déterminent le bien-être économique et social des perspectives d’un pays en matière de réduction de la pauvreté et de la compétitivité dans l’économie mondiale.

En Afrique, la majorité des pays est historiquement associée à des ressources naturelles et des matières premières, ce qui laisse entrevoir leurs économies entièrement dépendantes de ces deux entités sus citées.  D’où une baisse, une forte constance ou encore augmentation lente  en ce qui concerne l’évolution.

Quelques-uns d’entre eux ont prospéré mais leurs leçons ne sont souvent pas faciles à étendre à d’autres. Il ya maintenant une reconnaissance croissante que l’Afrique ne peut que renforcer : sa performance économique grâce à des investissements considérables, l’utilisation et le développement de la technologie surtout du coté de l’agriculture.

En effet, jusqu’en Mai 2012, ce sont seulement certains pays comme la Mozambique, l’Ethiopie, la Tanzanie et le Ghana qui sont mis sur l’autoroute en ce qui concerne l’innovation et du développement technologique Agricole. Cette transformation peut être considérable non seulement à la croissance exponentielle de ces pays, à la lutte contre la faim mais aussi et surtout et à la réduction de la pauvreté grâce à l’assistance  de certaines organisations fournissant une assistance sous Nouveaux programmes d’alliance GCRAI / IFPRI, le FARA et AGRA.

Par ailleurs, la transformation peut être illustré avec plus de précision par des exemples provenant de nombreux pays: au Rwanda,un pays qui est basée principalement sur l’agriculture de subsistance, est d’investir dans des techniques agricoles améliorées, le développement des centres de la science et de la technologie Rwanda tente de remonter la chaîne de valeur en termes de qualité et de certification de produits tels que le café et le thé.

En Ouganda,la technologie est d’avoir un impact important dans l’aquaculture et l’agriculture biologique. Au Kenya, la technologie est partagée au sein de groupements d’entreprises qui produisent des fleurs coupées, des pièces automobiles, de l’artisanat, et d’autres produits industriels.

Pris dans leur ensemble, ces exemples témoignent de la vitalité croissante de la technologie et de l’innovation en Afrique. Cependant, il existe de nombreux exemples où les investissements technologiques en Afrique n’ont pas été couronnés de succès. La médiocrité des infrastructures et des services d’infrastructure inadéquates, manque de compétences humaines et des institutions pour soutenir l’utilisation de la technologie sont des facteurs importants pour expliquer la lenteur des progrès par rapport à de nombreux pays africains.

Blog et photo par Ily Sombé Sylvain Abraham, un reporter social du AASW

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s